Big Easy
Roman

Big Easy, de Ruta Sepetys

Années 50 à La Nouvelle-Orléans. Josie Moraine, dix-sept ans, n’a pas tiré le gros lot. Fille d’une prostituée qui n’a rien d’une mère attentionnée, elle grandit dans une maison close du Quartier français, celui de la mafia, des affaires louches et des gens sans avenir.

Pourtant, Josie a un rêve : quitter cette ville, surnommée The Big Easy et pourtant si peu easy, pour entrer à Smith, prestigieuse université du Massachusette. Impliquée dans une histoire de meurtre, dépouillée par sa mère et endettée, tout pousse la jeune fille à suivre, elle aussi, la voie de l’argent facile. Mais Jo vaut beaucoup mieux que cela… et ceux qui l’aiment le savent bien.

Un mot de la blogueuse…

Josie vit à la Nouvelle-Orléans, depuis l’âge de sept ans. Fille d’une prostituée, il est clair que la vie n’est pas tous les jours facile… Sa mère, elle ne la voit qu’entre deux passes… et quand c’est le cas, celle-ci lui demande sans cesse de l’argent. Il faut croire que les priorités ne sont pas les mêmes pour tous… mais pour Josie, c’est ainsi.

Ne pouvant compter que sur elle-même, la petite fille a dû apprendre à se débrouiller toute seule. En échange de quatre sous, la maison close dans laquelle elle vit l’emploi pour faire le ménage. Persévérante, elle réussit même à cumuler des heures, en travaillant dans la librairie d’un ami.

Dix ans après, la petite Josie a bien grandi, mais sa vie, elle, n’a pas évolué pour autant… La jeune fille est toujours coincée dans ce trou à rat. Et pour couronner le tout, sa mère est allée s’enticher d’un des hommes de main du parrain qui fait trembler toute la Nouvelle-Orléans. Une brute sans coeur qui, une fois saoul, a pris l’habitude de frapper sa mère.

Vous l’avez compris, Josie a connu une enfance dorée et baignée d’amour… Alors à 17 ans, elle a envie de connaître autre chose…

Elle souhaite quitter cette ville décadente et entrer à l’université de ses rêves. Pas si simple, car aux yeux de tous, elle est et restera la fille de la « putain ». Une étiquette qui lui colle à la peau, qui fait partie d’elle et dont elle n’arrive pas à se défaire…

Le mot de la fin…

Big Easy, nous raconte l’histoire de Josie, une adolescente perdue, en quête d’une vie meilleure.

C’est aussi l’histoire d’un quartier de Louisiane, qui me plaît beaucoup. Le quartier Français. Une destination qui me fait rêver, et que, j’aurais l’occasion de voir un jour j’espère.

Dans son roman, l’auteur dresse le portrait d’une ville violente, misérable et où règne de nombreuses inégalités, qu’elles soient sociales ou raciales. Car à cette époque, la ville est également touchée par la ségrégation raciale. Une période trouble, mais très intéressante sur le plan historique.

Néanmoins, en lisant Big Easy, je dois dire que j’ai été déçue. Je m’attendais à autre chose je crois… Par contre, j’ai adoré Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre, du même auteur.

Salutations d’Exquimots !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *