Comment braquer une banque sans perdre son dentier
Roman

Comment braquer une banque sans perdre son dentier, de Catharina Ingelman-Sundberg

Wanted : Ils sont cinq, trois femmes, deux hommes. Cheveux blancs, déambulateurs, ils s’apprêtent à commettre le casse du siècle. Si vous les croisez, restez prudents, et surtout ne tentez pas de vous interposer.

Ils s’appellent Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie, le Râteau, ils chantent dans la même chorale et vivent dans la même maison de retraite.

Nourriture insipide, traitement lamentable, restrictions constantes, pas étonnant que les résidents passent l’arme à gauche. Franchement, la vie ne serait pas pire en prison ! D’ailleurs, à Stockholm, elles ont plutôt bonne presse… Voilà l’idée ! Les cinq amis vont commettre un délit et faire en sorte d’être condamnés : en plus d’avoir la vie douce, ils pourraient redistribuer les bénéfices aux pauvres et aux vieux du pays.

Un brin rebelles et idéalistes, un peu fous aussi, les cinq comparses se lancent dans le grand banditisme. Mais évidemment rien ne va se passer comme prévu…

 

Un mot de la blogueuse…

A Stockholm, dans la maison de retraite du « Diamant », nous faisons la connaissance de Märtha. Cette mamie de 79 ans, à l’allure angélique, est dotée d’un sacré caractère. Ne vous avisez surtout pas de lui parler tricot, recettes de cuisine, ou même Scrabble, sous peine de prendre un coup de parapluie.

Pour cette vieille dame, comme pour beaucoup de résidents, cet établissement rime avec ennui, interdits, nourriture insipide, et personnel peu serviable… Märtha n’en peu plus ! Rebelle jusqu’aux dernières de ses bouclettes, elle prépare sa révolution…

Parfois pinailleuse, elle rebute à faire certaines choses, mais pour les bêtises, elle rattrape, haut la main, les autres pensionnaires. Et dernièrement, elle a eu une idée cocasse, mais très sérieuse…

Braquer une banque pour pouvoir profiter pleinement de sa retraite.

Petit soucis technique… elle n’est plus très fringante et seule, elle ne peut y arriver… Sa solution, recruter cinq copains de la chorale pour mener à bien son plan d’action.

Tout d’abord, convaincre les plus récalcitrants… Après quelques verres de liqueur de mûres, soigneusement cachée dans le placard, et plusieurs heures de palabre… tout le monde tombe d’accord.

A la tête de l’équipe de choc, cerveau de toute l’opération, Märtha. « J‘ai réfléchi à quelque chose. En prison, on a le droit de sortir à l’air libre au moins une fois par jour, alors qu’ici nous ne sortons presque jamais (…) et puis ils ont de la nourriture saine et ils peuvent travailler dans un atelier. En tout point, ils sont mieux lotis que nous. » Car avoir de l’argent, c’est bien, mais l’idéal, est de vivre dans de meilleures conditions. Incarcérés, la vie paraît donc bien plus sympathique et animée que dans la « prison actuelle ».

C’est entendu, ils acceptent tous les cinq ce pari fou… Mais avant, un entraînement s’impose pour devenir de vrais délinquants.

Dérober un tableau, braquer une banque… Ils ne doivent pas louper leur coup ! A l’aide de leurs déambulateurs, ils vont se lancer dans le casse du siècle…

 Le mot de la fin…

« Comment braquer une banque sans perdre son dentier » est une comédie suédoise de Catharina Ingelman-Sundberg, complètement loufoque et très facile à lire.

L’auteur dénonce avec humour, les mauvaises conditions de vie des personnes âgées dans certaines maisons de retraite. Il remet aussi en question leur bien-être et leur place dans la société.

Lecture divertissante, idéale pour passer un moment sympas !

Salutations d’Exquimots !

4 Comments

  • A-lit

    Je l’ai vu a Cultura, il me fait de l’oeil!
    Deja la couverture est sympa, et le titre donne envie de le lire. Et à croire qu’il n’y a qu’a Stockholm qu’il y a des vieux completement barjots! xD (cf « le vieux qui ne voulait pas feter son anniversaire »)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *