Il est de retour
Roman

Il est de retour, de Timur Vermes

« Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n’est pas content : comment, plus personne ne fait le salut nazi ? L’Allemagne ne rayonne plus sur l’Europe ? Depuis quand tous ces Turcs ont-ils pignon sur rue ? Et, surtout, c’est une FEMME qui dirige le pays ?

Il est temps d’agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour cela, il lui faut une tribune. Ça tombe bien, une équipe de télé, par l’odeur du bon client alléchée, est toute prête à lui en fournir une.

La machine médiatique s’emballe, et bientôt le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise…
Hitler est ravi, qui n’en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. Reste à porter l’estocade qui lui permettra d’achever enfin ce qu’il avait commencé… »

Un mot de la blogueuse…

Étrangement et par une belle journée, Hitler se réveille en 2011, dans un simple terrain vague. Un peu sonné, il ne réagit pas tout de suite à ce qui lui arrive… De ses derniers gestes, il ne garde en mémoire qu’une seule chose, avoir exhibé à sa femme son nouveau pistolet. Après cet épisode, c’est le trou noir !

Une fois remis sur ses jambes, il commence à déambuler dans les rues de Berlin pour essayer de comprendre ce qui lui arrive. Curieusement, la ville ne ressemble plus du tout ce qu’il a pu connaître. Affublé de son vieux costume, il profère des ordres à qui veut bien l’entendre mais les passants le prennent pour un illuminé. Les saluts nazis, c’est fini ! L’homme est furieux, vraiment, il ne mérite pas cet accueil !

Très en colère, il ne tolère aucun changement, comme par exemple, le fait que la liberté de la presse soit instaurée. Mais diable, comment peuvent-ils oser se moquer ainsi du Fürher ! Cela ne va pas se passer comme ça ! Il y a vraiment eu du laisser aller en son absence !

Lorsque, enfin, l’ancien dictateur comprend qu’il est en 2011, il est, vous l’avez compris, totalement anéanti… mais pourquoi se retrouver là, à cette époque ? Et pour lui, cerise sur le gâteau… le pompon… c’est lorsqu’il apprend que l’Allemagne est gouvernée par une FEMME  !

« Le plus stupéfiant restait quand même la situation actuelle de l’Allemagne. A la tête du pays se trouvait une femme lourdaude, aussi charismatique qu’un saule pleureur, et dont l’action était déjà d’emblée discréditée par ses trente-six années de collaboration bolchevique, sans qu’elle en soit le moins du monde gênée aux entournures ».

Le mot de la fin…

« Il est de retour » est une satire. L’histoire est racontée, avec un certain humour, par le Fürher en personne.

N’ayant pas du tout aimé ce roman à l’humour noir, je tiens quand même à en faire la critique. Et pour être tout à fait honnête avec vous chers lecteurs, je ne l’ai pas lu en entier. Je n’ai pas pu, cette lecture me dérange. Je crois que je n’ai pas apprécié de me balader dans la tête d’un dictateur…

Par contre pour être original, c’est original… mais peut-on rire de tout ? je ne trouve pas. Il y a des sujets à traiter avec des pincettes si vous voyez ce que je veux dire… Il faut y aller en douceur Monsieur Vermes, n’oubliez pas que vous parlez d’un véritable monstre ! Ecrire un livre sur Hitler en rendant son personnage presque drôle, est une manière de lui accorder une importance qu’il ne mérite pas à mon sens.

Mais pour ne pas se quitter en mauvais termes, abordons un point positif : sa couverture. Elle est recherchée, bien pensée, ce qui a éveillé ma curiosité.

Il fallait oser… Un livre qui risque de faire polémique…

Salutations d’Exquimots !

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *