Influenza
Roman historique

Influenza, d’Eric Marchal

1941,île de Wight. Alors que la guerre ravage l’Europe, Alex Beaumont fête son diplôme de médecin entouré de ses amis. Le jeune homme, que tout disposait à une vie agréable et une carrière brillante, est contacté par la LCS, un département des services secrets spécialisé dans la désinformation.
Le Haut Commandement allié s’intéresse à la grippe espagnole qui, en 1918, fit plus de morts que la Première Guerre mondiale. Une rumeur circule : l’épidémie aurait été une arme biologique fabriquée par les Allemands, dont ils posséderaient encore des souches.

L’opération Influenza est lancée : aux côtés d’Isaure d’Argreen, une des premières femmes pilotes de la RAF, Alex traque, de Londres à Shanghai, une vérité qui pourrait sceller le sort du conflit mondial. Un nom attire bientôt son attention, celui de l’homme qui savait, peut-être même le responsable… Pour Alex, la mission se transforme en quête personnelle lorsqu’il découvre que cet homme n’est autre que son père. Le héros de son enfance serait-il l’un des plus grands meurtriers de l’Histoire ?

Un mot de la blogueuse…

En 1941, Alex Beaumont vient d’avoir son diplôme de chirurgien à l’hôpital St Thomas, à Londres. Il espère que ce précieux sésame lui ouvre les portes d’une carrière prometteuse. Il est sur le point de se marier avec Kathleen et exerce sa profession, auprès de son futur beau-père, le brillant professeur et docteur Swann.

Pour ce jeune homme en quête de repères, suite à la mort de ses parents, l’horizon semble enfin se dégager. Une vie qu’il espère, bien tracée… avant sa rencontre avec le Colonel Philips…

Envoyé par les services secrets britanniques, le colonel lui fait une proposition qu’il ne peut refuser. Alex doit être réquisitionné pour travailler au sein des forces armées. Le jeune chirurgien va devoir abandonner sa blouse blanche pour revêtir l’uniforme de soldat et s’engager à servir son pays. Sa mission… « consiste à prouver que la grippe espagnole était en fait une arme bactériologique fabriquée par les Allemands à la fin de la Première Guerre Mondiale ».

Il va ainsi devenir un membre du LCS (La London Controlling Section), une organisation d’espionnage et de renseignement, sous le commandement de Churchill, et va être amené à travailler avec Isaure, jeune pilote française.

Ensemble, ils vont soulever le voile noir, d’une sombre période de l’histoire et découvrir que le père d’Alex, a contribué à développer l’influenza, le virus mortel de la grippe espagnole.

Des souches de ce virus auraient été utilisées par les ennemis, afin d’exterminer des millions de personnes, faisant ainsi plus de victimes que pendant la Première Guerre Mondiale…

Le mot de la fin…

Pour son intrigue, Eric Marchal a choisi de modifier l’origine de la grippe espagnole. Cette histoire se déroule en deux tomes. La première partie s’intitule « Les ombres du ciel », suivie par « Les lumières de Géhenne ».

Si seulement tout n’était que fiction… Cela reste pourtant un thème inspiré d’une réalité historique trop proche.

Salutations d’Exquimots !

One Comment

  • A-Little-Bit-Dramatic

    Eric Marchal est un auteur que je connais surtout pour ses deux romans La Part de l’Aube et Le Soleil sur la Soie, mais cette saga plus contemporaine a l’air plutôt pas mal ! ! Elle a au moins le mérite d’avoir un sujet atypique ! A noter, donc. ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *