La main de la nuit
Fantasy

La main de la nuit, de Susan Hill

« Adam Snow, un marchand de livres anciens perdu dans la campagne anglaise, arrive dans le parc d’un manoir à l’abandon. Par curiosité, il se dirige vers la porte d’entrée, lorsqu’il ressent une présence mystérieuse…

La petite main qui a saisi la sienne va désormais l’obséder. D’autant qu’elle semble lui vouloir du mal… » Susan Hill, maître du roman gothique contemporain, signe ici un conte fantastique à faire frémir.

Un mot de la blogueuse…

Adam Snow est un expert en livres anciens, qui travaille pour de riches clients. Il est chargé de leur dénicher de petites merveilles.

Au cours d’une visite chez l’un de ses acquéreurs, notre homme s’égare, à la tombée de la nuit, sur les routes de campagne anglaise. Il choisit de s’arrêter, à la première habitation en vue, pour demander son chemin. Il emprunte alors un sentier, qui le mène à une grande bâtisse isolée et partiellement cachée par la végétation.

Adam franchi l’imposant portail. En avançant dans la propriété, il remarque que le manoir est inhabité, mais décide tout de même de s’en approcher. Chaque pierre est envahie par des haies et des ronces épaisses. Jadis, ce qui devait ressembler à un magnifique parc, est aujourd’hui abandonné, dissimulé sous le lierre.

Sous la lumière crépusculaire, le jardin prend une attirante apparence. Adam n’est pas inquiet, il est subjugué par ces lieux. Alors qu’il flâne près d’un bassin à nénuphars, il sent une présence près de lui… « C’est alors que je sentis une petite main se glisser dans ma main droite, comme si un enfant s’était matérialisé à côté de moi dans l’obscurité pour s’en saisir (…) Par réflexe, je repliai à mon tour mes doigts dans les siens et nous restâmes ainsi pendant un moment hors du temps, ma main d’homme serrant la toute petite main aussi intimement qu’un père tenant son enfant. Mais je ne suis pas père, et l’enfant était invisible »

Lors de son retour à Londres, le libraire tente de comprendre ce qui s’est passé. Cette sensation… cette petite main… était si réelle. En y repensant, ce n’est pas de la peur qu’il ressent, mais plutôt un certain réconfort. Intrigué, Adam veut alors en savoir davantage sur l’histoire de cette maison et sur les secrets qu’elle renferme. Mais ne va pas t-il être troublé par sa découverte ?

Le mot de la fin…

« La main de la nuit », de Susan Hill est une histoire de fantôme. Cette entité se cache sous l’apparence d’un petit garçon, qui va s’en prendre à Adam. Dans quel but, et pourquoi le choisir à lui ? Je vous laisse le plaisir de le découvrir…

Ce livre ne vous donnera pas de grands frissons, mais sa lecture reste inquiétante. C’est un roman court qui s’adresse aussi bien aux ados, qu’aux adultes.

Personnellement, j’ai préféré La main de la nuit, à la Dame en noir, du même auteur. Maintenant, à vous de juger !

Salutations d’Exquimots !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *