La métamorphose de Raphaël
Roman

La métamorphose de Raphaël, de Patrice Lepage

Raphaël est un jeune cadre parisien insouciant… jusqu’aux attentats du 13 Novembre. Brutalement, tout lui paraît futile et vain. En plein séminaire professionnel, il décide de tout plaquer…

Après quelques jours d’errance, il finit par squatter une vieille grange qui semble abandonnée. Dans ce havre de paix en pleine montagne, il rencontre Elio, Leila, Moïse et Gwen, autant de personnages magnifiques qui vont l’accompagner dans sa quête de sens. Et si ralentir, prendre le temps de se trouver, était le plus beau cadeau que Raphaël puisse se faire ?

Un roman à déguster lentement, comme les petits bonheurs fugaces que la vie nous réserve.

Un mot de la blogueuse…

Raphaël est un jeune Parisien qui mène une vie paisible et sans histoires… jusqu’au 13 novembre 2015. Des terroristes frappent le théâtre du Bataclan, plongeant Paris et ses habitants dans l’horreur.

Raphaël y réchappe, mais n’arrive plus à reprendre le cours de sa vie. Traumatisé, l’homme peine à se reconstruire. « Petit à petit, le quotidien gommait toutes aspérités, chacun réintégrait sa purée mentale et commençait à oublier. Disparues sous les bougies commémoratives, les victimes, les vraies, étaient ramenées à la solitude implacable du réel, devant gérer seules leurs corps abîmés et leurs souffrances morales (…) Raphaël luttait pour ne pas se diluer, se retrouver lui aussi perché sur cet horizon lointain, étranger à lui-même. Il ressortait groggy de cette période, plus que cela, désormais il se sentait bancal. »

On dit que seul le temps répare les blessures… mais le jeune parisien voit sa relation de couple partir en lambeaux, tout comme ses relations professionnelles. Raphaël ne se reconnaît plus… Où est passé son insouciance ? Sa joie de vivre ?

Éreinté par cette vie insipide, il loue une voiture et prend la fuite pour partir loin, très loin. Son passé derrière lui, il roule vers un avenir qu’il espère meilleur et trouve refuge dans un petit village de montagne. Avec pour seules affaires personnelles ce qu’il porte, il s’installe dans une vieille grande qui semble abandonnée.

Cette grange devient son sanctuaire face au monde. Un lieu propice pour laisser exprimer sa souffrance librement, à l’abri des jugements.

Les jours passent et Raphaël se surprend à apprécier la vie à la dure. Il savoure le moment présent et les petits plaisirs simples que lui offre son nouveau quotidien : les randonnées dans les grands espaces, le plaisir de respirer un air pur, la lecture… l’oisiveté. Une vie saine et simple, sans stress.

A la nuit tombée, la vulnérabilité de Raphaël refait surface. Ses rêves sont chassés par ses angoisses qu’il tente de refouler. Les bienfaits des journées passées s’envolent pour ne laisser place qu’aux doutes. Que se passera-t-il demain, une fois que cette parenthèse prendra fin ?

Alors qu’il tente de chasser ses idées noires en prenant un peu de temps pour lui, Raphaël fait la connaissance d’Elio, un berger du coin. Un homme rustre mais bienveillant qui va l’aider dans sa démarche.

Le mot de la fin…

Je remercie les Éditions Eyrolles pour m’avoir fait découvrir La métamorphose de Raphaël, de Patrice Lepage.

C’est une belle histoire qui mêle développement personnel et évasion. Une lecture qui ressemble beaucoup à Kilomètre zéro, de Maud Ankaoua.

Un roman initiatique qui promet des belles rencontres…

Salutations d’Exquimots !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *