Le prince de la brume
Fantasy

Le prince de la brume, de Carlos Ruiz Zafon

« Le Prince de la Brume n’avait jamais complètement disparu. Il était demeuré dans l’ombre en attendant, sans hâte, que quelque force occulte le ramène dans le monde des vivants. »

Un mot de la blogueuse…

Angleterre 1943. La guerre contraint la famille Carver à quitter leur domicile, et à aller s’exiler dans un petit village au bord de l’océan.

Leur nouvelle habitation située sur la plage, est régulièrement exposée à la brume et aux vents marins. Mais, sous ses airs de vieille bicoque, pour Max, cette maison a toutefois un certain charme, même si, elle est occupée par quelques belles araignées et n’a pas été habité depuis longtemps.

A peine installée, sa petite sœur Irina se prend d’affection pour un chat errant, au regard un peu mystérieux…

Près de la maison, à l’orée du bois, un jardin abandonné. Dans la nébulosité de la bruine, installé tel un cimetière, ce jardin est habité par d’inquiétantes statues, recouvertes par des végétaux. Curieusement, toutes, regardent d’un air mélancolique, dans la même direction. Elles ressemblent à des être vivants, prisonniers d’un sommeil éternel… Parmi elles, un clown au sourire sinistre et aux yeux exorbités.

Le jardin est verrouillé par un imposant portail, orné d’un curieux symbole, « une étoile à six branches entouré d’un cercle ».

Au fil des jours, d’étranges phénomènes apparaissent… Dans son sommeil, Max entend des murmures, comme si le brouillard essayait de lui chuchoter des choses à l’oreille… Quant à Alicia, sa sœur, elle ne cesse de voir l’image du clown, dans ses rêves… Mais, malgré leurs craintes, les enfants sont curieux de découvrir ce qui se peut bien se cacher derrière tous ces mystères.

Un jour, Max fait la rencontre de Roland, le petit-fils du gardien du phare. Un garçon qui adore plonger, aux pieds des falaises de l’extrême sud, lieu idéal pour les amateurs en soif d’aventure. Les deux garçons se rendent alors dans la baie, où, « L’Orpheus » un cargo a été échoué dans de curieuses circonstances. Grâce à Roland, Max va pouvoir s’initier à la plongée et découvrir les fonds marins, qui entourent la vieille épave. Au cours de leur exploration, il va apercevoir le symbole représentant « l’étoile à six branches entouré d’un cercle ».

Troublés, Max et Alicia finissent par en parler à leur nouvel ami. Étonné par leur récit, Roland leur avoue, faire, lui aussi, le même rêve depuis son enfance.

Ils décident d’aller questionner le gardien du phare, qui, peut-être, connaît le secret de ces coïncidences inquiétantes… Involontairement, le petit groupe va faire resurgir un être machiavélique appelé « Le prince de la brume »

Le mot de la fin…

Le prince de la Brume de Carlos Ruiz Zafon est le premier tome d’une trilogie, suivi par « Le palais de minuit » et « Les lumières de septembre ».

Chacun des tomes peut se lire indépendamment. Personnellement, j’ai préféré le premier des trois. C’est une lecture courte,  destinée à la fois aux ados, comme aux adultes.

Très bon roman fantastique à découvrir… de préférence… un soir d’orage !

Salutations d’Exquimots !

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *