Les fidélités
Roman

Les fidélités, de Diane Brasseur

Quelques heures avant de partir fêter Noël en famille, le narrateur s’isole dans une pièce de sa maison et s’oblige à ne pas en sortir avant d’avoir repris sa vie en main. Depuis quelques mois, ce père de famille de 54 ans partage sa vie entre sa femme et sa fille à Marseille et sa maîtresse à Paris. Cette double vie ne lui ressemble pas. Il doit choisir.

Doit-il quitter sa femme et refaire sa vie avec la jeune Alix comme tant d’hommes de son âge le font? Ou doit-il mettre un terme à cette relation pour préserver sa femme et sa fille, cette vie de famille qu’il aime tant? Enfermé dans cette pièce, il fait défiler les derniers mois: sa rencontre avec Alix, le sentiment d’une jeunesse retrouvée, ses premiers mensonges, sa culpabilité grandissante – l’installation dans une relation adultère. Beaucoup d’hommes se satisfont d’une double vie, mais pas lui: il aime sa femme, il aime Alix, mais pas l’infidélité.

Un mot de la blogueuse…

A l’approche de Noël, un homme décide de se confier au lecteur.

Infidèle à sa femme depuis un an, il est tourmenté par la culpabilité. Une double vie qu’il a choisi entre Paris et Marseille. « Je fais l’amour avec Alix, je fais l’amour avec ma femme. Je ne sais plus qui je trompe avec qui. »  

Dix-neuf ans de mariage et il ne voit sa femme et sa fille que pendant les weekends. Il est pourtant heureux avec elles, mais aujourd’hui, il ne sait plus. La crise de la cinquantaine ? Peut-être…

Avec Alix, il vit autre chose. Elle est jeune… 31 ans et lui 54. Près d’elle, le désir efface tous ses doutes, elle est sa bouffée d’oxygène. Dans ses bras, il n’a plus peur de vieillir.

Tiraillé entre l’amour de sa famille et celle d’Alix, il ne veut plus continuer à les tromper.

Le mot de la fin…

« Les fidélités » est un roman de Diane Brasseur, avec pour thème, un peu coutumier, l’adultère. Néanmoins, ici, le narrateur nous fait partager son ressentiment de faute et de trahison à l’égard des gens qu’il aime.

Salutations d’Exquimots !

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *