Le livre d'Aron
Roman historique

Le livre d’Aron, de Jim Shepard

Aron est un garçon juif turbulent de 8 ans. Les jeux et les rêveries rythment son quotidien. Mais quand sa famille et lui sont confinés dans le ghetto de Varsovie par les Nazis, l’enfance est finie. Aron et sa bande d’amis doivent voler et échapper à la police pour tenter de survivre. Dans ce monde d’horreur auquel il refuse de se plier, Aron fera l’apprentissage de l’amitié, de la perte et de la trahison, jusqu’à rencontrer le célèbre docteur Janusz Korczak, directeur de l’orphelinat du ghetto, prêt à tout pour le sauver.

Un mot de la blogueuse…

Aron est un petit garçon maladroit, ce qui lui cause bien des problèmes… Mais les vrais ennuis ont vraiment commencé lorsque lui et sa famille sont venu s’installer à Varsovie.

Là-aussi, la Seconde Guerre mondiale n’a pas épargné la capitale. La vie des habitants est rythmée par le son des sirènes hurlantes, signe d’un imminent raid aérien… Ces bombardements emportent tout… les pierres, mais aussi de nombreuses vies…, ne laissant aucun répit à ses habitants hagards et terrifiés.

L’armée Allemande a pris possession de la ville, et impose de plus en plus de restrictions aux Juifs… jusqu’à atteindre leur liberté…

C’est le cas pour Aron, qui se retrouve parqué dans un misérable ghetto, à la merci du typhus. Avec sa famille, ils sont contraints de vivre là, dans la crasse, au milieu des poux… et dans une promiscuité étouffante…

Malgré la guerre, le ghetto devient pour le petit garçon, un lieu de rencontres plus ou moins intéressantes… Les rues se transforment en terrain de jeu, où il traîne avec une bande d’enfants de tous âges. Tout comme lui, ces enfants sont de pauvres âmes égarées, livrées à elles-mêmes… qui lui apprennent à voler, mentir, et s’endurcir, pour survivre.

Jusqu’au jour où Aron croise le chemin du docteur Janusz Korczak, le directeur de l’orphelinat du ghetto, qui le prend sous son aile…

Le mot de la fin…

Le livre d’Aron, est un roman qui parle de l’Holocauste en Pologne, et notamment du ghetto de Varsovie.

Au fil des pages, Aron nous raconte son enfance difficile et misérable. Une enfance de plus en plus noire et douloureuse, à cause de la guerre et de toutes les horreurs qu’elle engendre. Le lecteur découvre la guerre à travers les yeux d’un enfant, ce qui rend la lecture encore plus difficile, car plus douloureuse.

C’est un roman intéressant, mais qui ne m’a pas conquise pour autant. Peut-être à cause du style d’écriture…

Salutations d’Exquimots !

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *