Miss Peregrine et les enfants particuliers
Fantastique

Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Ransom Riggs

Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé une partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants « particuliers ». Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d’enfants doués de capacités surnaturelles, censées les protéger des « Monstres ».

Un soir, Jacob trouve son grand-père mortellement blessé par une créature qui s’enfuit sous ses yeux. Bouleversé, Jacob part en quête de vérité sur l’île si chère à son grand-père. En découvrant le pensionnat en ruines, il n’a plus aucun doute : les enfants particuliers ont réellement existé. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? Et s’ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela puisse paraître…

Un mot de la blogueuse…

Lorsqu’il était enfant, Jacob avait pour habitude d’écouter les fabuleuses histoires de son grand-père. Mais ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas de contes de fées. Ce sont plutôt des histoires particulières, un peu inquiétantes.

Jacob le compris en grandissant. A son grand désarroi, il découvrit que toutes ces histoires étaient basées sur des mensonges. Son grand-père enjolivait les souvenirs de son enfance pour en faire des histoires incroyables. Dans quel but ? Vous allez comprendre… Le vieil homme a préféré s’inventer un monde peuplé de créatures et d’êtres particuliers pour ne pas se remémorer les horreurs de la guerre.

« Mon grand-père était le seul de sa famille à avoir fui la Pologne avant le début de la Seconde Guerre mondiale (…) Il n’a jamais revu son père ni sa mère, pas plus que ses frères aînés, ses cousins, ses oncles et tantes. Tous étaient morts avant son seizième anniversaire, tués par ces monstres auxquels il avait échappé de justesse. Mais ce n’étaient pas les créatures à tentacules, avec la peau en décomposition, qu’un garçon de sept ans est en mesure d’imaginer. Ils avaient un visage humain, des uniformes impeccables, et marchaient en rang (…) Comme les monstres, l’île magique était une vérité enjolivée. Comparé au continent européen, livré à des atrocités sans nom, l’orphelinat qui avait recueilli mon grand-père devait ressembler à un paradis. Voilà pourquoi, dans ses histoires, il décrivait un havre de paix où régnait un éternel été, avec des anges gardiens et des enfants magiques (…) Leur particularité était d’être juif (…) Ils n’avaient aucun pouvoir miraculeux, mais ils avaient évité le pire : les ghettos et les chambres à gaz, ce qui était déjà un miracle en soi. »

Une fois ce mystère résolu, Jacob ne lui reparla plus jamais de ses histoires. Le passé obscur de son grand-père renferme bien des secrets. Des souvenirs qu’il a préféré enfouir toutes ces années, pour se protéger. Terminé les fables et les créatures magiques qui le faisaient rêver.

Ne parlons pas trop vite…

Un soir, une chose à la fois terrible et extraordinaire se produisit…

Alerté par un coup de téléphone inquiétant de son grand-père, Jacob se précipite chez lui. Là-bas, il découvre le corps inerte du vieil homme, affreusement lacéré. Entre ses larmes, le garçon distingue quelque chose à proximité. Une créature répugnante le regarde de ses yeux jaunes, avant de s’enfuir dans les profondeurs de la nuit. Jacob n’a pas le temps de réaliser ce qui vient de se passer… Tout va vite, beaucoup trop vite.

Avant de s’éteindre, son grand-père lui murmure ces quelques mots : « Va sur l’île. Tu n’es pas en sécurité ici (…) Je pensais pouvoir te protéger. J’aurais dû te parler depuis longtemps (…) Trouve l’oiseau. Dans la boucle. De l’autre côté de la tombe du vieux. Le 3 septembre 1940. » Qu’est-ce que tout cela signifie ?

C’est ce que Jacob va essayer de découvrir…

Le mot de la fin…

Miss Peregrine et les enfants particuliers est le premier roman de cet auteur. C’est une histoire à la fois merveilleuse, étrange et touchante. Comme le dit très bien sa quatrième de couverture, c’est « un roman fantastique qui fait réfléchir sur le nazisme, la persécution des Juifs, l’enfermement et l’immortalité ». Tout est dit, ou presque…

C’est aussi l’histoire d’un voyage dans le temps, de monstres et d’enfants particuliers. Pourquoi me direz-vous ? car ils sont différents du commun des mortels. Ces enfants ont un don, une particularité qui les rend uniques. A travers ces orphelins, ce roman aborde donc le thème de la différence. Des êtres particuliers qui ne sont pas souvent acceptés dans notre société, quelle que soit l’époque d’ailleurs, et qui sont marginalisés.

Autre particularité. L’intrigue est entrecoupée de clichés anciens qui illustrent le livre. Tout comme Jacob, nous découvrons de vieilles photos ayant appartenu à son grand-père. Photographies reprises notamment par Tim Burton dans son film.

Car je ne vous ai pas dit, mais il va y avoir une adaptation cinématographique ! Réalisé par Tim Burton, le film sortira au cinéma le 28 décembre 2016. Je l’attend avec impatience ! Salutations d’Exquimots !

En attendant, voici une petite mise en bouche…

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *