Mr Mercedes
Roman policier

Mr Mercedes, de Stephen King

Foncer sur une foule dans sa SL 500 12 cylindres : le moment le plus grisant de la vie de Mr Mercedes.

Et le carnage lui a tellement plu qu’il n’a qu’une envie : recommencer. Au plus vite…

Un mot de la blogueuse…

Récemment à la retraite, Hodges, ancien détective, mène une vie paisible, mais vaguement monotone. Travailler au service des forces de police lui manque. Le train train dans lequel il s’est installé, le gène. Ses journées sont devenues ennuyeuses.

Alors qu’il regarde son émission de télé préférée, il reçoit un choc en découvrant son courrier… une enveloppe marquée d’un bonhomme tout sourire. Un bonhomme, qui, encore aujourd’hui, continue de le perturber la nuit. L’inspecteur n’en croit pas ses yeux. C’est bien lui, le tueur à la Mercedes ! Ce criminel qu’il n’a jamais pu arrêter !

Cet assassin connu pour avoir foncé, au volant de sa berline grise, sur un groupe de demandeurs d’emploi, tuant d’un seul coup huit personnes. Les témoins n’avaient alors, entendu que le rugissement du moteur allemand. Puis, plus rien… le chaos… le sang.

Portant un masque de clown, il n’avait jamais pu être identifié. Et depuis ce jour noir, ce psychopathe, toujours en liberté, pouvait se trouver n’importe où, agir à n’importe quel moment, et tuer n’importe qui.

En lisant la lettre, un détail frappe Hodges. L’assassin s’adresse à lui comme s’il s’adressait à un vieil ami. Dans le but de chasser l’ennui, le tueur a décidé de commencer un nouveau jeu, une correspondance entre chat et souris. Très organisé, il a créé un portail pour tchater avec l’ancien inspecteur, intitulé « Sous le parapluie bleu de Debbie ».

Mais Hodges n’a pas vraiment envie d’encourager la discussion avec ce pervers, ce malade mental… ce tordu. Que doit-il faire… Doit-il alimenter cette conversation malsaine ?

Le mot de la fin…

« Mr Mercedes » de Stephen King est un roman noir.

Un peu de difficulté à rentrer dans l’histoire, mais l’intrigue monte lentement au fil des pages. Néanmoins, ce polar ne m’a pas totalement conquise.

Salutations d’Exquimots !

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *