La passe-miroir, de Christelle Dabos
Fantasy

La Passe-miroir, de Christelle Dabos

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle.

À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Un mot de la blogueuse…

Ophélie n’est pas une jeune fille comme les autres. Elle a la faculté de lire le passé des objets qu’elle touche. Incroyable, me direz-vous ! Mais ce n’est pas tout… Elle est ce qu’on appelle une Passe-miroir, ce qui signifie qu’elle peut voyager à travers les miroirs. Deux aptitudes rares, loin d’être données à tout le monde… « Lire un objet, ça demande de s’oublier un peu pour laisser la place au passé d’un autre. Passer les miroirs, ça demande de s’affronter soi-même. Il faut des tripes (…) pour se regarder droit dans les mirettes, se voir tel qu’on est, plonger dans son propre reflet. Ceux qui se voilent ma face, ceux qui se mentent à eux-même, ceux qui se voient mieux qu’ils sont, ils pourront jamais. »

Ce matin, la jeune fille rend visite à son grand-oncle. Un vieil archiviste plein de sagesse, pour qui elle a un immense respect. Elle vient lui annoncer une bien triste nouvelle. Elle doit partir.

Avec la bénédiction de sa famille, les Doyennes ont décidé de la marier à un homme influent du Pôle. Tout est arrangé. Il n’y a plus une seule minute à perdre. Ophélie va devoir quitter tout ce qui lui est cher, car elle est promise à Thorn, du clan des Dragons. Un jeune homme distant et aussi chaleureux qu’un iceberg…

Ce mariage cache quelque chose, quelque chose qui la dépasse…

Mais la jeune fille n’a pas son mot à dire. Si elle fait échouer cette union, elle sera immédiatement bannie d’Anima. Elle n’a pas d’autre choix que d’accepter, le coeur lourd…

Une fois les adieux faits, un dirigeable les conduits jusqu’à ce qui sera désormais sa nouvelle demeure, la Citacielle. Une cité monumentale où règne un froid polaire. « Suspendue au milieu de la nuit, ses tours noyées dans la voie lactée, une formidable citadelle flottait au-dessus de la forêt sans qu’aucune attache la reliât au reste du monde. C’était un spectacle complètement fou, une énorme ruche reniée par la terre, un entrelacs tortueux de donjons, de ponts, de créneaux, d’escaliers, d’arcs-boutants et de cheminées. Jalousement gardée par un anneau gelé de douves, dont les longues coulées s’étaient figées dans le vide, la cité enneigée s’élançait au-dessus et au-dessous de cette ligne. Constellée de fenêtres et de réverbères, elle réfléchissait ses mille et une lumières sur le miroir d’un lac. Sa plus haute tour, elle, harponnait le croissant de la lune. »

Ophélie ne le sait pas encore, mais ce qui l’attend là-bas dépasse tout ce qu’elle aurait pu imaginer…

Le mot de la fin…

La Passe-miroir est une saga fantastique en deux tomes, qui a reçu le Grand Prix de l’imaginaire 2016.

Moi, ce roman m’a fait rêver et j’ai adoré ! L’intrigue rappelle un peu The book of Ivy, d’Amy Engel, mais dans un tout autre contexte. Ici, on suit Ophélie sur cette cité flottante et on se laisse porter…

C’est une lecture qui s’adresse à des adolescents, ou à de grands enfants… Faites comme moi, assumez et régalez-vous !

Salutations d’Exquimots !

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *