Péril au fournil, de Céline Barré
Roman

Péril au fournil ! de Céline Barré

C’est l’histoire d’une femme ordinaire qui va sortir de son cocon et reprendre son existence en main.

Le Président de France jure comme un charretier !
Il provoque des avalanches de catastrophes, faisant fi des besoins de ceux qui l’ont élu. Qu’à cela ne tienne, Jocelyne, une boulangère, décide de monter à Paris afin de hurler sous ses fenêtres !

Insoumise et candide, la boulangère souhaite prendre la tête de la seconde Révolution Française.
Elle va tout mettre en oeuvre afin de torpiller les manœuvres présidentielles.
Pourra-t-elle compter sur son mari et ses voisins pour la soutenir dans cette entreprise ô combien risquée ?

Une armée de gentils bras cassés peut-elle renverser le pouvoir en place ?
Qui est cet impertinent blogueur qui prend un plaisir chafouin à moquer le président ?
Le chanteur « has been » qui semble leur vouloir du bien est-il sincère ou manipulateur ?
Deux femmes de tête vont prêter main forte à la boulangère.
Entre révolution personnelle et Révolution tout court, suivez les destins croisés de Joce, Marie-Cécile de La Morne et Martine.

Elles vous feront voyager du Cotentin jusqu’à la frontière espagnole en passant par Paris et l’Angleterre.
D’embûches en rebondissements rocambolesques, amusez-vous des mésaventures des Tresvillois.

Un mot de la blogueuse…

Rien ne va plus dans le petit village de Tresville. Pour Jocelyne, la boulangère au caractère bien trempé, c’est l’heure de prendre les choses en main. La révolte a sonné !

Pourquoi tant de simagrée ? Tout simplement parce que le Président de la République souhaite une fusion entre leur village et celui de Grogneul. Une décision que Jocelyne est loin d’approuvée car en acceptant cette union, celui-ci perdrait tout son charme, et donc, son identité. Et ça, il n’en est pas question !

Alors, la boulangère va tenter de soulever le peuple, ou plutôt les quelques habitants du patelin… pour ensuite partir à l’assaut de la capitale. 

« Jocelyne souhaitait faire de son mieux, et ainsi, vivre en accord avec elle-même, quitte à se prendre une déculottée. Elle avait vaincu bien des démons lors des derniers mois, s’était dépassée, surpassée même, étonnée elle-même et avait acquis une solide conscience politique, laquelle, alliée à une détermination sans faille, pouvait la propulser. Elle ne savait pas encore où : mairesse ou Présidente, après tout, ceux qui réussissent rêvent grand. Elle décida donc de rêver très très grand. »

Le mot de la fin…

Péril au fournil ! est la suite de Quel Pétrin. N’ayant pas lu ce premier tome, j’ai été un peu perdu dès les premières pages, à cause de nombreux clins d’oeil en référence aux différents personnages présents dans l’intrigue…

L’histoire en elle-même ne m’a pas plu, car c’est une histoire complètement improbable et une satire de la société qui manque de panache. L’humour pouêt pouêt, moi, franchement ne me fait pas rire… ça a même plutôt le don de m’exaspérer… Mais après tout, chacun ses goûts, et heureusement…

Salutations d’Exquimots !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *