Soldat d'Allah
Roman

Soldat d’Allah, de Christian Authier

« A 22 ans, Olivier se convertit à l’islam. Avec quelques compagnons, il se lance dans des braquages et des actions spectaculaires, jusqu’à ce que le RAID intervienne à Lille pour mettre fin à cette sombre épopée. Mais Olivier échappe à ses poursuivants et rejoint les Balkans pour mener le djihad.

Devenu un soldat d’Allah, traversant un quotidien de cruauté et de vengeance, il croit qu’il va rendre la Bosnie à la communauté des croyants, mais dans l’ombre, des puissances et des intérêts plus importants que lui décident…

Soldat d’Allah est un roman d’apprentissage. L’histoire d’un jeune homme idéaliste, à la fois délinquant et combattant, rêvant d’un monde à sa mesure. Cela a un prix. »

Un mot de la blogueuse…

A 18 ans, Olivier Berthet est un jeune homme ordinaire qui vit à Lille, dans une famille plutôt unie. Élevé dans une famille catholique, le jeune homme ne se reconnaît pas dans cette religion qu’il juge destiné aux soumis et aux faibles. Idem pour les partis politiques… Lui, se sent plutôt une âme d’anarchiste ! Il supporte de moins en moins les humiliations, la méchanceté et l’injustice autour de lui… L’adolescent pseudo-rebelle se sent en marge de la société.

Les années passent, mais sa colère d’adolescent ne se dissipe pas avec le temps. Elle reste bien ancrée dans son esprit. Petit à petit, il va prendre de la distance avec ses amis… Le monde change, mais lui aussi…

Il ne veut pas finir comme tous ces individus qui se fondent dans la masse, créés d’après lui, sur le même moule… Cette vie l’ennuie ! Il rêve d’autre chose… quelque chose de plus fort, de plus grand !

Une fois ses examens en poche, il s’engage dans l’armée pour une durée de 18 mois. Au cours de cette période, il découvre avec surprise la notion de respect et d’entraide entre soldats. « Soldat, Olivier avait découvert la solidarité, l’altruisme et la fraternité propres aux frères d’armes ainsi que l’impuissance ou la duplicité d’intervention menées sur le terrain, comme lors de l’opération au Rwanda (…) Il avait quitté l’uniforme dans un mélange de soulagement et de dégoût. » Mais, l’armée ne répond pas, non plus, pleinement à ses aspirations profondes, alors, il finit  par la quitter.

Il devient alors bénévole, pour une association humanitaire et y fait la rencontre de Jean-Luc. Instinctivement, entre les deux hommes, le courant passe… Leurs idées se rejoignent. Olivier est révolté par les explications de son camarade… Il lui explique que des peuples sont condamnés à subir la violence des hommes. Aussi, lui et ses amis veulent agir contre ces inégalités et rétablir l’équilibre de la balance.

Ainsi, son ami va rapidement le convertir à l’Islam. Car maintenant, pour Oliver, c’est une évidence et une certitude, Allah et son prophète vont lui servir de guides…

Surveillé par le RAID, qui veille à rétablir l’ordre et à chasser les fanatiques, Olivier va être recherché par la police, poursuivi, et obligé de quitter le pays pour rejoindre les Balkans. Aveuglé, déterminé, il va partir faire son djihad.

Olivier va ainsi devenir un guerrier, un « Soldat d’Allah », et se retrancher, toujours un peu plus dans la haine et la violence.

Le mot de la fin…

Ici, dans ce roman, Christian Authier s’est inspiré de l’affaire du « Gang de Roubaix« .

Pourquoi vouloir lire ce livre ? Au moins, pour essayer de se donner la peine de comprendre les motivations du personnage… Comment parvenir à une telle souffrance tout en rêvant d’un monde meilleur ?

Que de contradictions, qui rendent ce livre à la fois si triste, et si criant de vérité… Une bien sombre réalité pour un vrai sujet d’actualité !

Salutations d’Exquimots !

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *