The book of Ivy
Science fiction

The book of Ivy, d’Amy Engel

À la suite d’une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s’est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s’est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.

Cette année, mon tour est venu.
Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L’objectif, c’est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu’un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu’un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu’en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l’enfance. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

Un mot de la blogueuse…

Aujourd’hui est un grand jour pour Ivy car c’est celui de son mariage. Elle devrait être épanouie, excitée, et même comblée de bonheur. Pourtant, ce n’est pas le cas. Cette union n’est pas son choix.

Ce mariage, elle le fait non pas par amour, mais par devoir. Afin de préserver la paix au sein de deux nations que tout oppose. Une cause qui la dépasse, la met en rage. Mais c’est ainsi… Cela fait de nombreuses années que la jeune fille n’est plus maître de son destin.

Suite à une guerre nucléaire qui décima la population mondiale, quelques milliers de survivants décidèrent de former deux clans. Le premier étant gouverné par son père, et le second étant dirigé par son grand rival. Cela n’a pas toujours été le cas, mais ça, c’est une autre histoire…

L’état de la situation étant ce qu’elle est, il fallait trouver une solution pour sauver l’humanité. Pour cela, les dirigeants ont eu l’idée qui allait tout révolutionner. L’organisation d’une cérémonie des mariages chaque année, dans le but d’unir les clans, et apaiser les esprits. Un bon moyen par la même occasion de repeupler la terre…

Pour Ivy, ce jour est arrivé et elle ne peut plus reculer. Le jeune homme qui lui est destiné se nomme Bishop Lattimer. C’est le fils du Président. L’homme qui est à l’origine de la mort de sa mère. « Cette cérémonie est un moyen de maintenir la paix et la cohésion de notre nation. Ils honorent une tradition qui permet de consolider depuis plus de deux générations, une société menacée de disparition (…) Épouser Bishop Lattimer, ce n’est pas accomplir mon destin. Ma mission n’est pas de le rendre heureux, de porter ses enfants et d’être sa femme. Ma mission, c’est de l’assassiner. »

Encore quelques instants avant que tout change… Une fois leur union officialisée, la jeune fille va quitter sa famille pour aller rejoindre celle de son époux. Un garçon qu’elle n’a jamais rencontré auparavant. Son ennemi depuis toujours. Cependant, elle doute. Va-t-elle être à la hauteur ? Depuis son enfance, seule la soif de vengeance la guide. Sa famille y a veillé. Elle ne peut se permettre d’échouer… 

Souffler, respirer… Tout va bien se passer. Elle doit s’en tenir au plan élaboré par son père. Bishop est la cible qu’elle doit abattre. Point. En attendant le moment propice, elle va devoir se mettre dans la peau d’une femme aimante et fidèle. Et ne surtout pas attirer l’attention…

Aller, ce n’est pas le moment de flancher ! Mais on a beau s’y préparer, ôter la vie à quelqu’un n’est pas si facile…

Le mot de la fin…

The book of Ivy est le premier tome d’une saga dystopique.

En lisant cette histoire, je me suis beaucoup attaché au personnage d’Ivy, que j’ai trouvé touchante et courageuse. Cette rebelle au coeur guimauve m’a fait fondre. Plus je tournais les pages et plus je voulais connaître la suite de ses aventures.

Tout au long de l’intrigue, cette jeune fille va être véritablement tiraillée entre son sens du devoir et ce que lui dicte son coeur. Pour ne rien arranger, elle est sous l’emprise d’une famille manipulatrice en quête de pouvoir. Une relation parents-enfant très saine donc…

Mais ce n’est pas tout ! Au-delà d’un banal roman dystopique, l’auteur dénonce le mariage arrangé et les conséquences que cela engendre sur ses victimes. Malheureusement, là nous ne sommes plus dans la science-fiction mais bien dans la réalité, car cette pratique court toujours, de nos jours, et dans de nombreux pays.

Si cette saga vous a plu et que vous êtes accro à la dystopie, vous aimerez surement Partials, de Dan Wells ; Vongozero, de Yana Vagner ; Bird Box, de Josh Malerman ; Ecarlate, d’Hillary Jordan. Que de lectures !

Salutations d’Exquimots !

the book of Ivy, tome 2
Tome 2

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *